Coupe sémantique centres urbains

Le touriste traversant notre pays sort alors de l’autoroute afin de visiter un centre médiéval. Pour cela il accède tout d’abord à une voie européenne depuis l’un des 20 000 ronds-points présents sur le territoire. Il rejoint alors le strip commercial qui se déploie de part et d’autre en Zones Industrielles et lieux de stockage, puis il quitte ce junk space  pour rejoindre le centre franchisé décrit par David Mangin dans une séquence où – selon la sensibilité locale – le linéaire de candélabres évoque soit le triomphe du rationalisme, soit la nostalgie d’un certain éclectisme pour accéder enfin au centre-ville historique. Là le plan d’éclairage évolue vers une mise en valeur de l’édifice patrimonial dans l’environnement duquel l’espace dévolu à la voiture consiste en une régulation des flux de surface vers un parking, pour enfin libérer le piéton dans un décor pittoresque dont il est l’usager exclusif protégé par des bacs à fleurs, entouré de bancs répulsifs aux SDF qui va lui permettre d’accéder aux aménités franchisées. Dernier article de l’aménagement urbain, les dispositifs anti-voitures béliers..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s